BAT WHITE NOSE SYNDROME - REPORTSSYNDROME DU MUSEAU BLANC DE LA CHAUVE-SOURIS - RAPPORTS

MENU :     OverviewAperçu | ReportsRapports | MapsCartes | Regional OutlookAperçu régional | ResourcesRessources | Bats Astray | InstructionsDirectives | Contact UsNous joindre

REPORTSRAPPORTS

Select yearSélectionnez un an :

SUMMARY BY PROVINCESOMMAIRE PAR PROVINCE 2017

ProvinceRégion SubmittedSoumis TestedTestés PositivePositif 1 SuspectPrésumés 2 NegativeNégatifs 3 PendingEn attente
Alberta 0 0 0 0 0 0
British ColumbiaColombie-Britannique 0 0 0 0 0 0
Manitoba 0 0 0 0 0 0
New BrunswickNouveau-Brunswick 0 0 0 0 0 0
Newfoundland and LabradorTerre-Neuve-et-Labrador 0 0 0 0 0 0
Northwest TerritoriesTerritoires du Nord-Ouest 0 0 0 0 0 0
Nova ScotiaNouvelle-Écosse 0 0 0 0 0 0
Nunavut 0 0 0 0 0 0
Ontario 0 0 0 0 0 0
Prince Edward IslandÎle-du-Prince-Édouard 0 0 0 0 0 0
Québec 0 0 0 0 0 0
Saskatchewan 0 0 0 0 0 0
Yukon 0 0 0 0 0 0
TOTAL 0 0 0 0 0 0

MAPSCARTES

(Click to see full sized image)(Cliquez pour voir l’image en taille réelle)

North America (English) North America (French) Ontario Québec Atlantic

Diagnostic Categories for Reporting cases of Bat WNS:

  1. Positive for WNS – Histologic lesions of bat WNS are present AND Pseudogymnoascus (formerly Geomyces) destructans (Pd) is detected (either by the Muller et al. PCR or by fungal culture).
  2. Suspect for WNS – one of the following criteria must be met:
    1. Histologic lesions of WNS are present but Pd is NOT detected (either by the Muller et al. PCR or by fungal culture).
    2. One or more clinical/field signs (see below) are observed AND Pd is detected (either by the Muller et al. PCR, fungal culture, or a tapelift performed directly on visible fungal growth on bat skin).
    3. MULTIPLE clinical/field signs (see below) are observed within the currently recognized range of WNS but no samples are collected for diagnostic workup.
    4. Individual bats that are part of a confirmed WNS morbidity/mortality event are submitted to, but not tested by, a laboratory. This criterion is for instances in which multiple samples from the same site are submitted, but only a subset of those samples is tested. The untested samples may be classified as suspect for WNS if the subset of tested samples is positive and consists of the same species as the untested samples. Representatives of all species involved in the disease event should be tested.
  3. Negative for WNS – Histologic lesions are not present AND Pd is not detected (either by the Muller et al. PCR or fungal culture).

Categories for Reporting Detection of Pd:

  1. Pd Present – Pd detected (either by Muller et al. PCR or fungal culture -**when screening for the presence of Pd, PCR is preferred over fungal culture due to the greater sensitivity of PCR) in an environmental sample or on an individual bat with no other clinical or field signs of WNS (see below) observed in the population at the hibernaculum. Bat carcasses submitted for diagnostic testing may be placed in this category if Pd is detected on the carcass but there were no clinical/field signs of WNS (see below) observed at the collection site and histopathology is negative.
  2. Pd not detected – Pd not detected (either by Muller et al. PCR or fungal culture – see ** in previous section) in an environmental sample or on an individual bat [NOTE: A negative PCR result indicates that the amount of Pd is below the level of detection for the test but cannot guarantee that the hibernaculum or bat population is free of Pd. A lack of observed field signs in the resident bat population is also not sufficient for assuming that a hibernaculum is Pd-free. All negative results from a statistically robust sample size can, however, increase confidence that Pd is absent from the sampled population or environment.] .

For management purposes, hibernacula should be considered contaminated with Pd if they contain at least one sample (bat or environmental) that tests positive for the fungus by the Muller et al. PCR or fungal culture regardless of whether field signs of the disease were observed within the hibernaculum. A contaminated hibernaculum retains this designation indefinitely. The ability of Pd to persist long-term outside of hibernacula is not currently well understood.

Clinical/field signs associated with WNS in bats:

  1. Winter/Spring – excessive or unexplained mortality at or near a hibernaculum; visible fungus on flight membranes, muzzle, or ears of live or fresh dead bats; yellow-orange fluorescent pattern of non-haired skin under UVA light; abnormal behaviors including daytime activity, premature egression from the hibernaculum or population shift to entrance of the hibernaculum; moderate to severe wing damage in nontorpid bats [Reichard et al.]; and thin body condition (NOTE: Moderate to severe wing damage in nontorpid bats or thin body condition are considered nonspecific field signs when they are observed alone).
  2. Summer/Fall – There are not consistent field signs associated with WNS during summer/fall.

Muller, L.K., J.M. Lorch, D.L. Lindner, M. O’Connor, A. Gargas, and D.S. Blehert. 2013. Bat white-nose syndrome: a real-time TaqMan polymerase chain reaction test targeting the intergenic spacer region of Geomyces destructans. Mycologia 105: 253-259.

Catégories de diagnostic pour le rapport des cas de syndrome du museau blanc :

  1. Résultat positif pour le syndrome du museau blanc – Présence de lésions histologiques caractéristiques du syndrome du museau blanc chez les chauves-souris ET détection de Pseudogymnoascus (appelé antérieurement Geomycesdestructans (Pd) (soit par PCR de Muller et al. ou culture fongique).
  2. Présomption de syndrome du museau blanc – L’un des critères suivants doit être rempli :
    1. Présence de lésions histologiques caractéristiques du syndrome du museau blanc, mais NON détection de Pd  (soit par PCR de Muller et al. ou culture fongique).
    2. Observation d’un ou plusieurs signes cliniques ou environnementaux (voir plus bas) ET détection de Pd (soit par PCR de Muller et al., culture fongique ou application de lames autocollantes (tapelift) directement sur la croissance fongique apparente ou sur la peau de la chauve-souris).
    3. Observation de  MULTIPLES signes cliniques ou environnementaux (voir plus bas) dans l’aire où le syndrome est confirmé à l’heure actuelle sans prélèvement d’échantillons à des fins de diagnostic.
    4. Soumission de chauves-souris lors d’un événement de morbidité ou mortalité confirmé comme étant dû au syndrome du museau blanc en l’absence de tests de laboratoire. Ce critère s’applique dans les cas où de nombreux échantillons provenant d’un même site ont déjà été soumis, mais que seul un sous-ensemble a été testé. Lorsqu’on a obtenu des résultats positifs pour le sous-ensemble testé et qu’il s’agit de la même espèce, on peut classer ces échantillons dans la catégorie « présomption » de syndrome du museau blanc. Il faut tester des représentants de toutes les espèces touchées par la maladie.
  3. Résultat négatif pour le syndrome du museau blanc – Absence de lésions histologiques ET non détection de Pd  (soit par PCR de Muller et al. ou culture fongique).

Catégories à utiliser pour rapporter la détection de  Pd :

  1. Détection de Pd Détection de Pd dans un échantillon environnemental ou chez des chauves-souris ne présentant aucun des signes cliniques ou environnementaux du syndrome du museau blanc (voir plus bas) observés dans la population de l’hibernacle (soit par PCR de Muller et al. ou culture fongique). **Il est préférable d’utiliser un test PCR pour le dépistage de Pd compte tenu de sa plus grande sensibilité comparativement à une culture fongique). Les carcasses de chauves-souris soumises pour des tests diagnostiques peuvent être classées dans cette catégorie lorsque Pd a été détecté sur les carcasses en l’absence de signes cliniques ou environnementaux du syndrome (voir plus bas) sur le site de collecte en l’absence de lésions histologiques.
  2. Non détection de Pd Non détection de Pd (soit par PCR de Muller et al. ou culture fongique) (Voir **dans la section précédente) dans un échantillon environnemental ou chez des chauves-souris en particulier. [NOTE : Un test PCR négatif indique une quantité de Pd inférieure au seuil de détection requis. Cela ne garantit pas l’absence de Pd chez la population de l’hibernacle. Par ailleurs, la non-observation de signes environnementaux chez les chauves-souris ne permet pas de présumer que l’hibernacle est exempt de Pd. Un résultat négatif obtenu à partir d’un échantillon de taille acceptable sur le plan statistique peut toutefois permettre de supposer l’absence de Pd dans la population échantillonnée ou l’environnement.] .

À des fins de gestion, l’hibernacle doit être considéré infecté de Pd lorsqu’on y retrouve au moins un échantillon (provenant d’une chauve-souris ou environnemental) ayant obtenu un résultat positif par PCR de Muller et al. ou culture fongique, peu importe si on a observé ou non des signes environnementaux de la maladie dans l’hibernacle. Un hibernacle contaminé conserve cette classification indéfiniment. À l’heure actuelle, on ne connaît pas vraiment la persistance à long terme de Pd à l’extérieur de l’hibernacle.
Signes cliniques ou environnementaux associés au syndrome du museau blanc de la chauve-souris:

  1. Hiver/printemps – Mortalité excessive ou inexpliquée dans l’hibernacle ou aux environs de celui-ci. Observation de fungus sur les membranes des ailes, le museau ou les oreilles de chauves-souris vivantes ou ayant succombé récemment. Modèle fluorescent jaune-orangé (par utilisation de rayons UVA) sur la peau non recouverte de poils. Comportements anormaux, comme activité diurne, égression prématurée de l’hibernacle ou changement de population observé lors de l’entrée dans l’hibernacle. Lésions modérées ou sévères sur les ailes de chauves-souris sorties de leur torpeur [Reichard et al.] et émaciation (NOTE : Ces deux derniers signes sont considérés non spécifiques lorsqu’ils sont les seuls observés.)
  2. Été/automne – Aucun signe environnemental uniforme n’est associé au syndrome du nez blanc pendant l’été et l’automne.

Muller, L.K., J.M. Lorch, D.L. Lindner, M. O’Connor, A. Gargas, and D.S. Blehert. 2013. Bat white-nose syndrome: a real-time TaqMan polymerase chain reaction test targeting the intergenic spacer region of Geomyces destructans. Mycologia 105: 253-259.